La technique EFT est-elle un placebo?

L’un des aspects les plus difficiles à gérer en tant que formateur EFT ou au moment de présenter la technique à de nouvelles personnes, est de devoir expliquer un processus très étrange et inhabituel. Cela ne me surprend pas que tant de personnes soient sceptiques, et je trouve même intéressant le fait que ces personnes obtiennent des résultats lorsqu’elles se risquent à essayer la technique.

Gary Craig a présenté de nombreux articles très intéressants sur la façon de travailler avec des gens sceptiques et cela vaut vraiment la peine de prendre le temps d’étudier ces articles car ils peuvent vous aider à établir un lien avec ceux qui sont réfractaires à ce procédé.

En parcourant internet, vous trouverez de nombreuses discussions sur le fait que l’EFT est un placebo, comme un cachet de sucre donné par un médecin. En termes médicaux, un placebo est une substance inerte administrée à une personne, et c’est les propres croyances de la personne sur le fait que la substance sera efficace, qui provoquent les changements dans leur corps. On dit que 30 à 35% des individus à qui on a administré un placebo montrent des signes d’amélioration de leur condition.

Voici ce que Gary Craig a à dire sur l’EFT et l’effet placebo.
« Les effets placebo nécessitent de croire en ce procédé et cela est rarement le cas avec des personnes essayant l’EFT pour la première fois. Une autre chose à prendre en compte est le fait que bien que l’EFT puisse sembler être un procédé distrayant, il ne fonctionnera pas si le client est en réalité distrait. C’est la raison pour laquelle le client répète continuellement une phrase rappel qui se connecte au problème.

J’ai récemment vécu une situation inattendue qui m’a permis de tester l’EFT sur une situation dramatique qui était également un événement me faisant penser à l’effet placebo. Comme moi, vous avez sans doute déjà traversé des moments déplaisants dans votre vie, des moments qui vous ont bouleversé et qui d’une certaine façon vous mettent encore un peu mal à l’aise.

J’ai récemment du faire face à un tel moment lors d’un trajet vers le centre ville. Je voyageais dans un bus bondé, avec l’habituelle conduite un peu risquée du conducteur et le bourdonnement des nombreuses conversations en cours. En prenant un virage sans visibilité, nous avons alors découvert une scène de désolation ; deux voitures répandaient du carburant et de l’huile, de la fumée jaillissait de l’une d’elles, emboutie dans un arbre, l’autre voiture était endommagée  à un point tel que l’avant était complètement méconnaissable.

Heureusement grâce aux airbags et ceintures de sécurité modernes, il n’y avait eu que des blessures mineures. Ce qui était intéressant de mon point de vue était qu’en temps normal je me serais tenu à l’écart d’une telle situation, mon estomac se serait noué et j’aurais laissé quelqu’un d’autre gérer la situation, et effectivement, le conducteur du bus s’apprêtait à reculer son bus à présent silencieux et à éloigner ses clients de la scène, bien que les secours ne soient pas encore arrivés.

Ce que je trouve intéressant maintenant est que j’ai simplement demandé au conducteur du bus de me laisser descendre et je me suis surpris à m’approcher de la scène de désolation et demander aux gens si ils allaient bien. Une jeune femme était absolument hystérique, hurlait et n’était pas du tout cohérente.

Je me suis approchée d’elle en la regardant dans les yeux et j’ai dit « Ce que je vais faire est un peu bizarre » et j’ai tapoté sur son visage et ses mains tout en maintenant le contact visuel. A ma grande surprise, en quelques secondes à peine elle s’arrêta de trembler et devint totalement calme. C’était comme si nous avions construit un îlot de calme dans tout ce chaos.

Je me souviens l’avoir entendue dire « Je vais être en retard pour chercher mon père » – une drôle de chose à dire, mais je lui ai simplement rappelé qu’elle avait eu un accident et que son père attendrait. Entre temps les secours avaient été appelés et une fois sur place, elle grimpa calmement dans l’ambulance pour être examinée.

Ce ne fut qu’une fois que je commençais à faire mes courses que je repensais à ce qui venait de se passer. Ce qui était intéressant était que la jeune femme n’avait aucune idée de ce que j’allais faire, j’étais un parfait étranger pour elle et elle n’avait aucune idée de ce qu’était l’EFT ou comment cela fonctionnait. Alors c’est intéressant de voir que cela l’a aidée à trouver un niveau de calme que le fait de simplement lui parler n’aurait pas pu atteindre et encore moins si rapidement. Je sais combien j’ai essayé de calmer des gens dans le passé, rien qu’en leur parlant et croyez-moi cela prend beaucoup plus de temps. Alors, la technique EFT est-elle un placebo ?

Gary Williams

www.eftworldmagazine.com

Traduction :  Lucile Vanlerberghe