Deux chats et un chiot

Un article de Gwyneth Moss

J’aimerais partager trois expériences très particulières et très émouvantes. On me demande
souvent si on peut utiliser l’EFT sur des animaux. La réponse est oui. Et parce les animaux
n’aiment pas toujours se faire tapoter et parce on ne sait forcément où se trouvent les
acupoints, il est intéressant de faire du tapotage à distance
Pour les personnes formées au Reiki le concept de guérison à distance n’a rien de
nouveau, et pour les personnes avec une formation homéopathique, le traitement des
animaux est parfaitement normal. Mais pour moi, avec mon éducation scientifique, il me
semblait que traiter des animaux à distance avec l’EFT était d’aller trop loin. C’était donc
avec un grand sentiment d’incertitude que j’introduisais un exercice de travail à distance sur
des animaux dans mes ateliers d’EFT. Je me suis fait du souci pour rien, car les résultats se
sont souvent montrés saisissants.
Dans chacune de ces trois expériences, un groupe de douze personnes tapotaient pour un
animal familier, connu d’un seul membre. La personne qui connaissait l’animal tenait le rôle
de l‘animal pendant ce jeu de rôles (elle se mettait mentalement à sa place) et moi je jouais
le rôle de la thérapeute guidant le « patient » dans le processus de l’EFT. Les autres
membres du groupe tapotaient de concert avec nous, prononçant les mots que nous
utilisions et profitaient naturellement, au passage, des bienfaits partagés.
Pour les phrases de mise en place nous utilisions les mots qui venaient à la personne qui
connaissait l’animal ou qui venait à moi en tant que thérapeute, en ajoutant que le
« patient » était aimé, en sécurité, et qu’on s’occupait de lui. Les expériences ont demandé
de 15 à 20 minutes de tapotements.

La queue tremblante d’Oscar
Sue Ashdown offrait un foyer temporaire à Oscar, un chat d’un de ses amis qui, en ce
moment-là ne pouvait pas s’en occuper.
Sue se faisait des soucis au sujet d’Oscar, sa queue et tout son arrière-train tremblaient, il
trébuchait et parfois même tombait. Il était en mauvais état et ses trois autres chats
refusaient manger avec lui.
En tant que groupe, nous avons tapoté sous la direction de Sue qui parlait en tant qu’Oscar :
« Même si ma queue tremble, je suis un bon chat et Sue et Dawn m’aiment. » « Même si je
ne sais pas où j’habite, je suis un bon chat et ces humains prennent soin de moi. » et ainsi
de suite.
Sue devinait ce que pouvait être l’état émotionnel d’Oscar et les événements qui lui étaient
arrivés. Les mots me venaient de « nulle part », dit-elle avec surprise. Après environ quinze
minutes de tapotage elle éprouva une sensation de calme profond et nous avons tapoté une
séquence de « Je suis Sue » pour séparer les liens énergétiques avec Oscar.
De retour à la maison après l’atelier, Sue peut constater que la queue d’Oscar ne tremblait
plus, il marchait mieux, ne tombait plus. Le comportement des autres chats avec lui était
beaucoup plus détendu et ils mangeaient tous ensemble. Trois jours après, Sue a pu
confirmer que les résultats tenaient bon.

Kitten, la chatte affolée
Quelques semaines plus tard, un autre groupe de douze personnes a tapoté pour, Kitten,
une chatte adulte. Le propriétaire de Kitten est une amie de Moira qui parlait pour la
« patiente » et, de mon côté, je jouais encore une fois le rôle de thérapeute.
Kitten était craintive, très nerveuse, sursautant à n’importe quel mouvement et passait la
plupart de son temps cachée au premier étage. Nous avons commencé le tapotage avec
« Même si j’ai peur des bruits de pas, je suis un bon chat et Moira m’aime ». J’ai alors
demandé à Moira si elle savait ce qui était arrivé à Kitten quand elle était petite. Comme elle
n’en savait rien nous avons inventé des incidents. « Même si cet homme m’a fait mal et je
l’ai mordu et je ne pouvais pas m’échapper, ça c’est du passé, maintenant c’est maintenant,
je suis avec des bons humains et maintenant je suis en sécurité. » « Même si le bruit des
pas me rappelle cet homme et je suis terrifiée, je suis maintenant entourée de bons
humains qui m’aiment. »
Nous avons tapoté ensemble pendant environ quinze minutes jusqu’à ce que Moira éprouve
une grande sensation de calme. Je lui ai demandé de visualiser Kitten et elle l’imagina roulée
en boule et détendue. De retour à la maison, le propriétaire lui dit : « Je ne sais pas ce qui
est arrivé à Kitten, elle est tellement plus calme ».
Plusieurs semaines après Moira nous a confirmé que Kitten est toujours beaucoup plus
calme, qu’elle ne sursaute plus au bruit de pas et passe presque tout son temps au rez-dechaussée.
Moira apprit par le propriétaire que Kitten avait été « l’avorton » de la porté et
qu’elle avait débuté sa vie dans une maison chaotique. Elle avait probablement plus été
victime de négligences que de cruauté. Ainsi, même si les « inventions » de Moira tombaient
à côté de la réalité, le tapotage avait fait son effet.

Poppy : destructions et problème comportemental
Ce troisième cas est le plus émouvant. Sue Hanish nous a fait part d’une tragédie. Son frère
et sa femme ont quatre enfants, quatre chats et, jusqu’à récemment, un berger border collie
intelligent et vif qui était comme un cinquième enfant. Il s’appelait Shadow. Un matin
Shadow fut heurté par une voiture et, très gravement blessé, a fallu l’endormir. Le choc et la
peine furent si grands, qu’il semblait que jamais un autre chien ne pouvait le remplacer.
Plus tard, un voisin leur apprit qu’une chienne, un Jack Russel terrier, âgée de six mois allait
être retournée à la SPA parce que les propriétaires n’arrivaient pas à la gérer. La famille
était triste pour la petite chienne et décida de l’adopter. Hélas, Poppy se révéla être
vraiment difficile, mordant les tapis, terrorisant les chats, sautant et aboyant. Elle était
constamment en alerte rouge. Sue nous dit que la famille de son frère vivait une période
cruciale, la jeune Poppy leur avait apporté de l’espoir, et s’il fallait la retourner à la SPA les
enfants seraient inconsolables. Pourtant, le comportement de Poppy causait des ravages
difficiles à supporter.
Ainsi Sue « devenait Poppy » et, moi, je dirigeais le groupe. Nous avons commencé par le
comportement « Même si j’aboie et je saute, je suis une bonne chienne et ils veulent
m’aimer ». Ensuite nous avons abordé le sentiment d’insécurité de Poppy « Même si j’ai
connu trois maisons, et je ne sais pas quelle est la bonne, et personne ne veut de moi, et il
faut qu’on fasse attention à moi, les enfants m’aiment et veulent que je reste ». Puis,
« Même si j’ai peur que je ne suis pas un chien ne suis pas comme il faut, c’est OK, cette
famille m’aime. »
Au fur et à mesure du tapotage, Sue éprouvait bien des changements dans les émotions de
Poppy mais ce n’est que quand m’est venu l’idée de proposer : « Même si je ne peux pas
être Shadow, je peux être Poppy et Poppy c’est Poppy. » À ce moment, Sue sentit comme
un choc électrique la traverser qui graduellement se transformait en une sensation de calme
profond. Pour finir, nous avons tapoté une séquence de « Je suis Sue » afin qu’elle puisse
quitter son rôle.
Une semaine plus tard, Sue rendit visite à son frère. La porte de la maison était ouverte
(auparavant elle était toujours fermée à cause de Poppy à cause du comportement de celle ci)
et Sue se rendit dans la cuisine et trouva la chienne confortablement installée dans son
panier, un petit ange paisible.
Un mois plus tard, Sue nous confirma que Poppy avait le caractère enthousiaste de
n’importe quel jeune Jack Russel terrier de son âge, il n’y a plus de ravages, plus de
problème de comportement. Les chats sont maintenant amis avec Poppy qui, à sa manière
juvénile et joyeuse, contribue à aider à la guérison de la famille.

Conclusion:
Si vous désirez employer l’EFT  pour aider un animal, qu’il fasse partie d’une famille ou non,
ma suggestion est de trouver au moins une autre personne pour tapoter avec vous. La
personne qui connaît le « patient » peut alors prendre son rôle, se mettre au diapason des
émotions de l’animal, ou encore, simplement parler de ce qu’elle sait concernant des choses
qui lui sont arrivées, même les imaginer ce qui aurait pu arriver. En cas de doute : deviner,
prétendre ou inventer. La deuxième personne fait comme si elle était la thérapeute qui pose
des questions et guide le processus de l’EFT.
Le fait qu’une personne se charge de la gestion du processus libère l’autre pour gérer le
contenu et lui permet de rester ouvert à ce qui vient sans se préoccuper des mots. Si vous
pouvez ajouter d’autres personnes pour tapoter tous ensemble, c’est encore mieux, car
même si nous ne disposons pas de preuves, je suis intimement convaincue que, dans ces
trois cas, la puissance de l’action fut multipliée par l’effet du groupe. Quand on sent que le
travail est accompli, la personne qui parle pour l’animal doit quitter son rôle et redevenir
elle-même par une séquence de tapotage « Je suis moi » en ajoutant son nom.
Gwyneth Moss Eft Master www.emotional-health.co.uk/

Traduction Bianca von Heiroth
Vous pouvez trouver l’original de cet article (« Two Cats and a Puppy ») sur le site de Gwyneth Moss :
www.emotional-health.co.uk/documents/Two_Cats_and_a_Puppy.pdf
L’article fut publié une première fois sur le site de Gary Craig www.emofree.com