La technique du film est très utile lorsqu’on veut traiter un évènement précis et que l’on n’est pas sur d’être suffisamment spécifique.

« Un film a un commencement spécifique et une fin spécifique. Il a une trame spécifique et des caractères spécifiques. Il a des mots spécifiques et des actions spécifiques et produit des sentiments spécifiques. En fait, si vous ne pouvez pas faire un film spécifique de votre problème, c’est que le problème est trop généralement exposé. » Gary Craig

Si vous dites par exemple : « Mon père ne faisait jamais attention à moi«  c’est bien trop général car ce sujet est composé de beaucoup d’évènements spécifiques. (Il ne sera pas nécessaire de traiter tous ces évènements spécifiques. Si on traite les évènements les plus marquants on n’aura plus besoin de traiter les autres. Parfois le fait de traiter un seul évènement suffira pour enlever la charge émotionnelle de ce sujet global … Pour cela choisir l’évènement le plus marquant pour vous, c’est-à-dire celui qui vous a plus causé d’émotions négatives (peur, colère, honte, culpabilité, tristesse…)

Un exemple plus spécifique dans ce cas serait : « La fois où papa à oublié de m’emmener au match de foot »

 

La démarche :

1)  Choisissez un évènement à traiter et voyez si vous pourriez en faire un film.

2)  Demandez-vous,  » si c’était un film, combien de temps durerait-il ? » Si votre réponse est : « quelques minutes » c’est bien d’un évènement spécifique qu’il s’agit. Si votre réponse est : « quelques jours » vous pouvez supposer que vous êtes trop global.

3)  Ensuite, demandez-vous, « quel serait son titre? » Le fait de donner un titre au film a tendance à forcer la spécificité encore d’avantage.

4)  Puis, dirigez le film dans votre tête et évaluez l’intensité l’émotionnelle qu’il a maintenant sur une échelle de 0-10.

5)  Si vous sentez une forte intensité émotionnelle arrêtez-vous et n’entrez pas dans votre film. Faites alors une ronde (ou plusieurs si vous en ressentez  le besoin) sur cette intensité (« Même si ce film me donne une intensité de ___ ») afin de la faire baisser à un niveau supportable avant de continuer le processus.

6)  Puis, passez le film mentalement sans le raconter et définissez combien de pics émotionnels il y a. Notez l’intensité pour chacun des ces pics.

7)  Ensuite, relatez verbalement le film, mais en vous arrêtant chaque fois que vous ressentez une intensité c’est-à-dire avant chaque pic juste au moment où ça commence à monter.

Il est très important de vous arrêter dès que vous sentez monter en vous la moindre émotion. Dans la plupart des méthodes on nous enseigne que, pour être débarrassé de notre problème, il nous faut être courageux et braver la douleur ou la peur. Avec EFT c’est bien le contraire. Il n’y aucune raison de revivre un traumatisme supplémentaire. De plus, ces points d’arrêt fournissent des opportunités pour libérer des émotions et si on ne s’y arrêtait pas on risquerait de sauter des aspects qui pourraient ressurgir plus tard.
Faites des rondes sur chaque point d’arrêt jusqu’à il n’y ait plus d’intensité sur cet aspect du film.

8) Une fois arrivé à la fin du film, dirigez le film depuis le début dans votre tête dans le détail et faites une ronde sur toute intensité qui remonte. Puis répétez cette étape jusqu’à ce qu’il n’y ait plus aucune charge émotive.

Note : Dans les cas où le film a plusieurs pics émotionnels il n’est pas rare  qu’après avoir fait baisser à 0 le premier pic les autres soient considérablement plus bas voire même à 0 !