Par Ilana Weiler, conseillère EFT

Voici une histoire courte et pourtant très significative qui a eu lieu lors d’un de mes ateliers d’attraction de l’abondance.

A chaque rencontre, je travaille avec une personne pendant que les autres partagent les bénéfices.

Anna (ce n’est pas son vrai nom) styliste de mode, me dit que chaque fois qu’elle avait une idée avec laquelle elle pourrait faire de l’argent, elle commençait avec enthousiasme, créativité et pleine d’espoir, mais que peu de temps après il lui restait beaucoup d’invendus.

Lorsque nous avons évalué son niveau d’intensité, elle était à 5 sur 10. Alors nous avons commencé à tapoter : Même si je commence toujours avec enthousiasme et que je me retrouve toujours avec tellement de choses… Nous avons utilisé : tellement d’invendus, tellement de boîtes et tellement de choses comme phrases de rappel.

Quand j’ai remarqué un changement dans son expression, j’ai décidé de vérifier à quel niveau elle était. Elle dit que le niveau d’inconfort dans lequel elle se trouvait était à présent supérieur, et qu’elle était à 8 sur 10. Comme nous le savons tous, cela indique qu’un nouvel aspect vient de remonter à la surface. Je lui demandai à quel endroit de son corps elle ressentait cet inconfort. Elle dit qu’elle le ressentait dans sa poitrine.

Utilisant ma connaissance et mes compétences en matière de visualisation et de technique Cerveau Intégré (One Brain) (mon autre spécialité), je lui demandai de décrire ce qu’elle ressentait en utilisant le plus de sensations et de métaphores possibles. Lorsque nous libérons quelque chose, les résultats sont toujours meilleurs en utilisant des sensations et métaphores variées.

Anna répondit « J’ai la sensation d’une boîte. Elle a des angles tranchants. Elle est  froide et sa couleur est bleue. Nous avions beaucoup d’informations sur cette boîte et nous avons tapoté : « J’ai cette boîte bleue, froide, aux angles tranchants dans ma poitrine et je ressens cela comme un 8 ! » Rappels inclus : boîte bleue, froide aux angles tranchants qui me font mal. Pendant que nous tapotions cela, elle dit : « L’argent était toujours un sujet secret chez mes parents. Mes parents me surprotégeaient ».

Les choses se mirent à évoluer comme c’est toujours le cas avec l’EFT, comme les pétales d’une rose qui s’ouvrent très lentement  (ou très rapidement) et nous avons continué à tapoter là-dessus.

Même si mes parents n’ont jamais discuté d’argent avec moi, c’était un secret. Ils m’ont surprotégée. J’étais gardée dans une boîte et que le secret était lui aussi gardé dans une boîte. Avec comme phrases de rappel : gardée dans une boîte, n’ont jamais discuté, surprotégée.

Après quelques rondes, Anna dit qu’elle était soulagée car la boîte n’était plus là. Je dis : reprenons le fait que l’argent n’était jamais sujet de discussion avec toi…

Qu’y a-t-il d’autre ?

Elle répondit : l’argent était toujours considéré comme un sujet pour adultes et aucunement l’affaire des enfants. Mes parents me disaient : « Tu n’es qu’une enfant, amuse-toi, fais-toi plaisir ! Joue maintenant et quand tu seras grande, alors tu t’en soucieras ». Ils répétaient toujours « La chose la plus importante est que tu t’amuses ».

« Comment est-ce que cela t’affecte maintenant lorsque tu parles de cela ? » demandais-je. Elle répondit : « Je me souviens que j’allais à l’épicerie pour acheter des sucreries pour tous mes amis, que je m’amusais et que mes parents payaient les factures. Je ne comprenais rien à l’argent. »

Je lui demandai de répéter cette phrase : « Je ne comprends rien à l’argent » et lui demandai : « que ressens-tu ? » Elle dit ressentir des crampes dans le bas du ventre d’une intensité de 5 sur 10.

Je voulais expérimenter la technique de Gary qui consiste à choisir un évènement spécifique même si nous n’étions pas en train de traiter un traumatisme ou un souvenir douloureux. C’était plus un cas cognitif d’image de soi. Mais comme je l’ai dit, je faisais une démonstration et je voulais leur apprendre des choses alors j’ai demandé à Anna si elle pouvait se rappeler d’un évènement spécifique de son enfance lié à ce sujet.

Rien ne lui vint, je lui suggérai donc de fermer les yeux et de se revoir enfant dans son voisinage. Anna pouvait voir la rue, l’épicerie du coin et dit que c’était comme une image en 2 dimensions… comme une carte postale.

Nous savons tous que nous avons cette « guidance » intuitive qui point en nous pour différentes raisons. Dans ce cas, c’était le visage et la voix d’Anna. Je lui suggérai d’estimer si ces mots convenaient à son cas ou pas :

Même si une part de moi est restée dans mon enfance comme si elle était gelée, je m’aime et je m’accepte infiniment.

Elle hocha de la tête : « Oui », dit-elle,  » j’ai toutes ces idées. Je veux rester cette petite fille, créative, enjouée, sans soucis, mais je suis maintenant une adulte et c’est moi qui dois payer les factures – pas mes parents.  »

Nous avons tapoté quelques rondes supplémentaires à propos de cela et avons tapoté sur : Même si je veux garder toutes ces caractéristiques de mon enfance, j’en ai besoin pour ma créativité et mon enthousiasme, je veux également reconnaître la partie adulte qui est en moi et je m’aime et m’accepte complètement et respecte ces 2 parties de moi.

Même si j’ai ces 2 parties en moi, je choisis de créer un pont entre les deux (En hébreu le mot pont GESHER ressemble beaucoup au mot contact KESHER alors nous avons utilisé les 2 mots). Je choisis de respecter la partie créative et enthousiaste qui est en moi, et je respecte et reconnais ma partie adulte responsable. Je peux être les 2 à la fois !

Ensuite, nous avons tapoté alternativement : Je suis créative, je suis responsable de mes affaires d’argent, je suis enthousiaste, je peux gérer les questions d’argent, ces 2 parties de moi peuvent fonctionner en même temps sans avoir à être une enfant ou une adulte. Nous avons tapoté quelques rondes quand soudainement vint un beau sourire et elle me prit dans ses bras, nous avons terminé la séance qui dura environ une heure. Anna me dit par la suite que cette expérience lui donna un profond sentiment d’unité. Elle se sentait plus légère et enthousiaste.

Le lendemain, Anna me téléphona pour me remercier. « J’ai une petite anecdote pour toi » me dit-elle.  » Il y a quelques minutes ma mère m’a appelée pour me demander ce que j’avais fait hier soir ! Je lui ai parlé de notre séance de travail et de la technique de l’EFT. Elle m’a répondu : « Et bien, tant que tu t’amuses ! ». J’ai entendu les mêmes mots que j’avais utilisés hier, mais cette fois je les ai entendus de loin, en souriant.

A nouveau, j’ai éprouvé du plaisir à regarder les miracles de cette technique apaisante, intelligente et inspirante.

Amitiés sincères,

Illana WEILER

Conseillère EFT, Israel.

Traduction : Marie-Laure Messmer et Lucile Vanlerberghe